bibliotheque internationale pour un monde responsable et solidaire ritimo

Le portail rinoceros d’informations sur les initiatives citoyennes pour la construction d’un autre monde a été intégré au nouveau site Ritimo pour une recherche simplifiée et élargie.

Ce site (http://www.rinoceros.org/) constitue une archive des articles publiés avant 2008 qui n'ont pas été transférés.

Le projet rinoceros n’a pas disparu, il continue de vivre pour valoriser les points de vue des acteurs associatifs dans le monde dans le site Ritimo.

index des pays  >  Inde  > campagnes

Déclaration de solidarité avec la grande marche indienne ’Jan Satyagraha’ 2011-2012

Marche pour la justice, le droit à l’alimentation, à la terre, à l’eau, aux semences, aux forêts

Organisée en Inde d’octobre 2011 à octobre 2012 par le mouvement Ekta Parishad, la marche non-violente pour la justice Jan Satyagraha sera une action forte et emblématique. Elle rassemblera, dans sa dernière étape en octobre 2012, 100 000 pauvres, paysans sans terre, tribaux et Intouchables qui vont marcher pendant 30 jours, pour faire valoir leurs droits aux ressources vitales et à une vie dans la dignité.

Cette marche est une opportunité historique de mettre en lumière les questions fondamentales de justice sociale et économique : partage des richesses, accès aux ressources naturelles, souveraineté alimentaire, dettes des pays pauvres, place des plus démunis dans nos sociétés, rôle des femmes, mais aussi démocratie participative, responsabilités des sociétés multinationales et du système financier international, choix d’un modèle de vie et de développement durable et équitable pour tous. Il ne s’agit pas d’assister les populations en situation de misère, mais de reconnaître leurs droits aux ressources indispensables à la vie, de permettre leur travail et favoriser leur initiative.

Globaliser la solidarité

Nous invitons les citoyens et les organisations de la société civile à soutenir cette marche de toutes les manières possibles, et à revendiquer, de manière déterminée et pacifique, auprès des instances internationales (ONU, FAO, OMC, Union européenne, OCDE, G 20, Banque mondiale, etc.), le droit d’accès des populations locales aux ressources naturelles (terre, eau, semences, forêts, etc.), ce qui implique le respect des législations existantes et leur renforcement par des mécanismes de régulation et de contrôle. Pareillement, en droit international, le droit à la souveraineté alimentaire doit être reconnu comme supérieur aux droits du commerce et de l’investissement.

Sur tous les continents, il importe de globaliser la solidarité. En 2012, nous appelons les citoyens à organiser des actions non-violentes simultanées et concertées (marches, sit-in, chaînes humaines, moments de silence, concerts, etc.) en lien avec la marche indienne pour la justice, particulièrement entre le 2 octobre (journée internationale de la non-violence) et le 17 octobre (journée internationale de lutte contre la misère).

PDF - 93.9 ko
Pour en savoir plus et participer

La Cour Suprême donne le feu vert à la mine

La Cour Suprême indienne a porté un coup foudroyant à la tribu des Dongria Kondh en autorisant la compagnie britannique Vedanta à exploiter une mine sur leur montagne sacrée. Les Dongria Kondh affirment que la mine détruira à jamais leur mode de vie.

Comment aider

Votre lettre peut faire la différence. Écrivez en anglais ou en français. Vous pouvez utiliser le modèle sur le site de Survival.

“Vedanta nous détruit pour le profit”

Alors que la compagnie minière Vedanta, cotée à l’indice boursier FTSE 100, vient d’annoncer un bénéfice record, la tribu isolée des Dongria Kondh en Inde affirme qu’elle ne survivra pas si son projet d’exploitation de leur montagne sacrée est mis à exécution.

Jitu Jakesika, porte-parole dongria kondh, a adressé le message suivant aux actionnaires de Vedanta : “Vous détruisez tout. L’exploitation minière ne profite qu’aux riches. Nous deviendrons des mendiants si la compagnie détruit notre montagne et nos forêts pour que vous puissiez gagner de l’argent”.

Janadesh, le peuple en marche pour l’accès à la terre

JPEG - 13.9 ko
janadesh

Du 2 au 20 octobre 2006, l’autoroute nationale reliant Gwalior à Delhi, en Inde, a vu défiler sur 350km, la Chetawni Yatra, une marche d’avertissement pacifique à laquelle ont pris part 400 paysans, travailleurs agricoles et militants indiens venus de 10 Etats différents. Cette marche, initiée par le mouvement populaire et non-violent indien Ekta Parishad, avait pour but de revendiquer l’accès à la terre pour des millions de paysans indiens. Point d’orgue de cette mobilisation, un sit-in d’une journée a rassemblé 1500 personnes dans la capitale pour remettre au Premier ministre, un mémorandum présentant les revendications des marcheurs.

Cet événement, relayé par un Appel du Réseau-Solidarité [1]] de Peuples Solidaires, a marqué le coup d’envoi d’une campagne nationale appelée Janadesh 2007 (la volonté du peuple). Une nouvelle marche prévue en octobre 2007 rassemblera cette fois 25 000 marcheurs décidés à porter sur 350km les revendications de millions de paysans sans terre.

Ekta Parishad

Ekta Parishad est un mouvement d’inspiration gandhienne qui s’est construit il y a plus de 15 ans sur la base d’une mobilisation populaire locale dans divers Etats de l’Inde pour atteindre une dimension nationale. Sous l’impulsion de son leader charismatique Rajagopal, l’action de cette organisation regroupe aujourd’hui 150 000 membres, et on estime à plus de 10 millions le nombre de personnes concernées par son activité. Elle est présente dans huit Etats et agit dans plus de 4000 villages.

Inde, la mobilisation est en marche

Appel du réseau solidarité :

L’accès à la terre est l’une des questions vitales posées par les organisations paysannes et notamment les mouvements des sans-terre. En Inde, Ekta Parishad un mouvement populaire coutumier des actions de terrain dans la tradition non-violente gandhienne, a programmé une mobilisation sans précédent pour octobre 2007. La préparation a déjà commencé et rentre dans sa phase publique. Une marche, comme celles qu’Ekta Parishad a l’habitude d’organiser, se prépare pour octobre 2006 en prélude à celle d’octobre 2007. Une sorte de répétition générale pour les militants et les responsables et surtout un avertissement solennel adressé aux autorités indiennes pour qu’elles prennent, enfin, au sérieux les revendications des paysans sans-terre.

Depuis 15 ans, sous l’impulsion de son responsable Rajagopal P.V., le mouvement d’inspiration gandhienne Ekta Parishad, travaille dans 8 Etats indiens. Son action couvre 4.000 villages et on estime à plus de 10 millions le nombre de personnes concernées par son activité. Le mouvement travaille plus particulièrement avec les petits paysans, les dalits et les communautés tribales autour d’une double activité. D’une part, il appuie des projets de développement communautaire et local qui visent à l’autosuffisance et cherchent à compenser les lacunes des programmes gouvernementaux. D’autre part, il organise des mobilisations pour réclamer l’accès aux droits et tout particulièrement l’accès à la terre et aux ressources de base.

© rinoceros - Ritimo en partenariat avec la Fph via le projet dph et la région Ile de France via le projet Picri. Site réalisé avec SPIP, hébergé par Globenet. Mentions légales - Contact

ritimo